Conseils d'usage et entretien des cheminées bio éthanol

Normes

Créée en 2009, la norme AFNOR NF D35-386 définit les critères d'homologation des cheminées à l’éthanol. Les équipements respectant la norme TÜV allemande présentent également tous les gages de sécurité et de fiabilité.

Conseils de sécurité

Risque de brûlures ou d'incendie

En toute logique, il est important de ne pas s'approcher trop près de la cheminée éthanol et de ne pas la déplacer pendant usage s'il s'agit d'un modèle mobile.

La cheminée éthanol ne doit pas être située à proximité de tout matière inflammable (rideaux, tapis, etc.), ni à portée des enfants. Le combustible doit être stocké dans une pièce différente que celle où se trouve la cheminée, et si possible dans une pièce fraîche telle qu'une cave ou un garage.

De même pour un barbecue ou tout appareil produisant des flammes, il ne faut en cas rajouter du bio-éthanol pendant une flambée. Cela risque de provoquer une très grosse flamme, appelée "effet flash" et dont la démonstration est souvent mise en avant par les opposants à la cheminée éthanol.

Conseils d'utilisation

La cheminée éthanol ne doit pas fonctionner en continu. Il est recommandé de ne pas dépasser trois ou quatre heures consécutives d'usage. Avant tout nouveau remplissage, il est nécessaire d'éteindre la cheminée et de la laisser reposer.

Le brûleur réglable permet d'obtenir une bonne flamme. Celle-ci est jaune et non bleue et doit "danser".

- Rejets de monoxyde de carbone et d'oxyde d'ozote

En principe, la combustion de l'éthanol ne rejete que du dioxyde de carbone et de la vapeur d'eau. Toutefois, si elle est incomplète, elle peut rejeter du monoxyde de carbone et de l'oxyde d'azote. Il est pour ces raisons nécessaire d'aérer régulièrement l'habitat, surtout pour les petites pièces, ou bien de disposer d'une ventilation mécanique contrôlée. Du fait de la dangerosité des rejets de monoxyde d'azote, il est également recommandé de disposer d'un détecteur de monoxyde de carbone.